Le président de la Hadopi opposé au système des amendes

Christian Phéline, c'est le Président de la Hadopi qui a remis à flots l'institution. Son mandat débuté il y a deux, se terminait début janvier.

Il a donc laissé sa place à son successeur encore inconnu. Le poste étant actuellement assuré par intérim par Denis Rapone. Voilà donc l'heure du bilan.

Que retenir de l'action de C. Phéline à la tête de la Hadopi ? Notre réponse et son point de vue sur la suite à venir.

Hadopi, une institution en crise

Il convient de rappeler que lorsque M. Phéline a assumé ses fonctions, la Hadopi traversait une grave crise. L'institution qui avait été jusque là gouverné par Marie-Françoise Marais était en effet dans un bien triste état.

Attaquée de toute part, la Hadopi avait même vu sa mort voté et annoncée. Finalement il n'en fut rien mais la situation était vraiment catastrophique.

L'efficacité de la riposte graduée, l'utilité même de la Hadopi a en effet toujours été contestée depuis sa création. Mais ce qui était pire encore à l'époque c'est que plus personne ne semblait avoir confiance dans le gendarme du net.

Les relations avec les différents acteurs étaient en effet particulièrement tendues. Qu'il s'agisse du ministère ou des ayants droit (sans parler du public), ça n'allait pas fort.

Critique permanente, volonté de rattacher l'institution à d'autres services, diminution du budget alloué, licenciement du personnel, ça n'allait vraiment pas fort.

On comprend aussi pourquoi il avait été aussi difficile de recruter quelqu'un qui voulait bien prendre la suite… C'est donc finalement M. Phéline qui s'était attaché à cette tâche bien délicate !

L'exprésident opposé au système automatisé des amendes.

A l'heure du bilan de ces deux années de services, on est donc en droit de se demander quelle a été l'action de Christian Phéline.

De toute évidence, il a réussi à apaiser les relations et l'ambiance de manière générale. La productivité même d'Hadopi à d'ailleurs explosé.

Les avertissements envoyés aux internautes, les sanctions et autres suites judiciaires ont effectivement explosées au cours des derniers mois.

Les chiffres sont donc plutôt flatteurs à qui sait les lire… Ceux que l'on dit moins par exemple, c'est que de plus en plus d'internautes se sont tournés vers des services de VPN.

En effet avec Hidemyass, IPvanish ou Express VPN, c'est super facile de passer inaperçu aux yeux de la Hadopi. Le téléchargement en DDL a également augmenté.

Quant au Streaming contre lequel la Hadopi ne peut rien non plus, il a lui aussi enregistré une très forte augmentation.

Ainsi, si les relations se sont apaisées, l'efficacité réelle de la Hadopi semble donc toute relative. C'est d'ailleurs peut-être pour ces deux raisons que la mise en place d'un système automatisé des amendes est actuellement à l'étude.

Les ayants droits souhaitent en effet avec insistance qu'un tel système soit instauré ! Ils jugent l'action actuelle bien trop laxiste. Comme l'exlique le président de la Gaumont.

Si je fais un excès de vitesse ou que je conduis sans permis je suis immédiatement sanctionné . Je ne reçois pas un premier puis un deuxième et enfin un troisième avertissement avant d'être sanctioné.

C'est tout de suite ! L estime donc que pour le piratage ça devrait être la même chose. 10 téléchargement illégaux, 10 amendes de 20 ou 25 euros serait une solution vraiment adaptée selon lui.

Mais Christian Phéline ne partage pas ce point de vue. L'homme de la réconciliation préfère en effet une approche plus pédagogique. Il s'agit à son avis d'éduquer les consommateurs plus que de les punir.

Une autre lecture peut cependant être faite… Si un système d'amende était automatisé, les adresse IP des internautes qui téléchargent illégalement seraient envoyées au bureau de Rennes pour être traitées de manière automatique comme ce qui est fait avec les plaques d'immatriculation en cas d'excès de vitesse.

Autrement dit, la Hadopi n'aurait plus vraiment sa raison d'être… D'autant plus qu'un tel système permet d'économiser plus de 9 millions d'euros par an, le budget de fonctionnement annuel de la Hadopi.

Alors forcément, cette vision des choses plait de plus en plus. On comprend aussi pourquoi elle ne convainc pas l'ex-Président de la Hadopi, car une telle décision signifierait certainement la disparition de l'institution à court terme !

  • Protection jusqu'à 6 dispositifs simultanément
  • Couvrage de tous le continents à l'exception de l'Antarctique
  • Meilleur connectivité sur tout dispositif

Le meilleur VPN de l'année 2018

Google Analytics Alternative