La FIFA ne parvient pas à supprimer les sites de streaming coupe du monde 2018 de Google

Google a récemment reçu un avis de retrait, envoyé au nom de la FIFA, demandant au moteur de recherche de supprimer plusieurs sites prétendument contrefaits.

La FIFA espérait limiter la disponibilité des flux piratés des streaming Coupe du monde mais Google a décidé de ne rien faire.

En partie, peut-être, parce que tous les sites signalés n'offraient pas de contenu piraté.

Avec des centaines de millions de téléspectateurs du monde entier, la Coupe du Monde de la FIFA en Russie est l'un des événements sportifs les plus attendus de l'année.

Pendant ces semaines, les fans sont plus préoccupés par la performance de leurs équipes favorites. Cependant, pour la FIFA et tous les autres acteurs, la Coupe du Monde est aussi une bataille contre le piratage.

Alors que la plupart des gens regardent les matchs à travers les diffuseurs licenciés, un grand nombre de personnes recourent à des sources non autorisées.

Ces flux dits «piratés» sont disponibles via des centaines de sites ou d'applications, générant des millions de vues lors d'événements sportifs populaires.

D'autres fans utilisent des VPN et des proxies pour contourner les géoblocages afin de se connecter aux diffusions légales.

En changeant leur emplacement virtuel à un endroit où la Coupe du Monde est librement accessible, ils peuvent regarder sans payer. Pour cela, il est judicieux d’utiliser un VPN comme Hidemyass, IPvanish and Express VPN.

Ces types de «piratage» sont une épine dans le pied des titulaires de droits, qui font de leur mieux pour prendre les mesures appropriées.

Sony Entertainment Network, par exemple, a envoyé des avis de retrait préemptifs à des sites de streaming il y a quelques semaines.

Plus récemment, nous avons repéré un avis de retrait que NetResult a envoyé à Google, au nom de la FIFA, ciblant divers sites prétendument contrefaits qui font du streaming coupe du monde 2018.

La liste comprend plusieurs contrevenants connus, tels que zorrostream.net et thefirstrow.eu, et demande à Google de supprimer ces sites des résultats de recherche.

En outre, il cible également plusieurs URL qui montrent aux utilisateurs comment accéder aux flux de la Coupe du monde via un VPN, que certains utilisent pour contourner les géo-blocages.

Par exemple, l'avis de retrait répertorie les URL d'ExpressVPN et de BestVPN, qui expliquent comment les utilisateurs peuvent accéder aux matches de la Coupe du Monde de la FIFA à partir de différents endroits.

Les URL répertoriées sont toutes liées directement à des flux de contenu de football live non autorisé (streaming coupe du Monde de la FIFA 2018) ou informant les utilisateurs de l'accès aux flux non autorisés disponibles sur leur territoire.

Fait intéressant, Google a décidé de ne supprimer aucune des URL signalées. Le moteur de recherche n'a donné aucune explication, mais il est possible que l'avis en question soit considéré comme trop général.

Dans de nombreux cas, il pointe vers les pages d'accueil des sites, sans identifier une violation de copyright spécifique.

La FIFA et d'autres détenteurs de droits, quant à eux, continuent de lutter contre le piratage de la Coupe du monde à l'échelle mondiale et sur plusieurs fronts.

En plus des conseils VPN et des sites de streaming traditionnels, ils sont également confrontés à des services de télévision piratés présumés tels que BeoutQ, et Fly TV du Ghana.